Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 octobre 2009 6 10 /10 /octobre /2009 03:44



Le programme "Amour".

Une jeune femme appelle dans un magasin d'électronique et demande le service à la clientèle.
- Bonjour Madame, comment puis-je vous aider, demande le commis en décrochant.
- Eh bien, après mûres réflexions, j'ai décidé  d'installer le programme "Amour". Pourriez-vous m'indiquer la procédure, s'il vous plait ?
- Bien sûr, je vous aiderai avec plaisir. Êtes-vous prête pour l'installation?
-Oui, même si je n'y connais pas grand chose en programmation. Par quoi commence-t-on ?
-Ouvrir votre cœur est la première étape pour l'installation. Avez-vous localisé votre cœur, Madame ?
-Oui, je l'ai trouvé. Mais il y a d'autres programmes qui fonctionnent en même temps, puis-je continuer l'installation tout de même ?
-Voyons voir. Quels autres programmes fonctionnent présentement dans votre cœur ?  
-Eh bien, il y a Blessures-du-passé.exe, Mauvaise-estime-de-soi.exe, Rancune.com et Colère.com.
-Pas de problème, Madame. L'installation de votre programme "Amour" effacera graduellement les
Blessures du passé de votre système. Mais même si  quelques vagues souvenirs pourraient demeurer dans votre mémoire interne, ceux-ci ne dérangeront plus vos programmes. De plus, durant l'installation, le programme "Amour" remplacera votre Mauvaise estime de soi par son propre programme  intégré, Meilleure estime de soi. Par contre, vous devez absolument fermer vos fichiers Rancune et
Colère, car ceux-ci pourraient empêcher votre  programme "Amour" de fonctionner correctement.

-D'accord, mais pourriez-vous m'indiquer comment les fermer correctement?
-Oui, bien sûr. Allez dans votre menu principal et trouvez le programme Pardonner. Démarrez-le et
faites-lui faire le ménage de votre système au complet. Il se peut que vous ayez à le faire plus
d'une fois pour qu'il enlève complètement la Rancune et la Colère. Cela est très important.

-D'accord, c'est fait. L'installation du programme "Amour" a commencé automatiquement, est-ce normal ?
-Oui, il est programmé pour s'installer aussitôt que la Rancune et la Colère ont été supprimées de
votre système. Vous devriez recevoir un message vous demandant si vous voulez installer l'Amour pour la  vie dans votre système. Est-ce que vous l'avez reçu  ?

-Oui, je l'ai reçu. Et j'ai répondu oui.
-Est-il bien installé, maintenant ?
-Oui, mais souvenez-vous que votre programme "Amour" est une version partagée.
-Vous devriez vous connecter à d'autres cours pour des mises à jour essentielles à son bon fonctionnement.
-Oups, je viens de recevoir un message d'erreur, déjà! 
-Que dit ce message, Madame ?
-Le message dit "ERROR 142 - PROGRAM NOT RUNNING ON INTERNAL COMPONENTS". Qu'est-ce que ça veut dire ?
-C'est un problème commun qu'on voit souvent lors de la première installation. Le programme "Amour" ne peut fonctionner correctement sur les autres cœurs que s'il est bien ancré dans le vôtre. Ça veut dire que pour en bénéficier complètement, il doit être appliqué à votre propre système en entier, à votre propre cœur.
-D'accord. Que dois-je faire, alors ?
-Regardez dans votre menu principal, vous devriez voir le programme "S'accepter soi même". Mettez-le en marche et cochez la case "À chaque jour". Ce programme vous offrira la chance également de cocher d'autres options. Je vous conseille, si cela n'est pas déjà fait, de cocher les cases "Se pardonner soi-même", "S'auto féliciter" et "Connaître ses propres limites". D'ailleurs, vous devriez supprimer les options "S'autocritiquer" et "Se renfermer sur soi-même".
-C'est fait ! Tiens, il y a de nouveaux fichiers qui viennent d'apparaître dans mon cœur. Il y a le  fichier "Sourire.jpg" qui vient de s'ouvrir, puis le  fichier "Bonheur.mpg" qui se met à jouer et le
programme "Paix-intérieure.exe" qui vient de  démarrer. Ho là là, est-ce normal ces nouvelles
couleurs et ces nouveaux sons ?
-Oui, Madame, tout à fait normal. Et il y en a  beaucoup plus, vous les découvrirez tout au long de
vos futures mises à jour. Une dernière chose avant de terminer...

-Oui ?
-N'oubliez pas que ce programme est gratuit. Et en tant que logiciel partagé, il vous serait profitable de le partager avec les autres qui pourraient en avoir besoin. N'oubliez pas que plus vous partagerez avec d'autres cœurs, plus votre programme se développera.
-Je vous remercie de tout cœur, Monsieur.

Auteur:
© Marc Lévy

Repost 0
10 octobre 2009 6 10 /10 /octobre /2009 03:36


Un jour, un homme sur son bateau fit naufrage au milieu de la mer.
Il pria et pria le bon Dieu pour qu'il le sauve.
Soudain, apparut un hydravion qui lui lança une bouée,
"Attrape" qu'ils lui dirent..." on va te sauver".
Il refusa en disant que le bon Dieu viendrait le sauver.

Quelques heures plus tard, un paquebot lui lança une bouée
qu'il refusa en disant encore que Dieu le sauverait.

Par la suite, un hélicoptère passa au-dessus de sa tête en lui lança une échelle et lui dit:
«Attrape, on va te remonter. » Il refusa encore.

Après plusieurs heures, il se noya et se retrouva aux portes du paradis devant St Pierre.
Très fâché, il dit à St Pierre.
" J'ai prié et prié pour que Dieu vienne me sauver, pourquoi m'a-t-il laissé mourir?"
À St Pierre de répondre,
" Je ne comprends pas, on t'a envoyé un avion, un paquebot, un hélicoptère. "

Source inconnue
Repost 0
Published by mymy - dans Histoires
commenter cet article
10 octobre 2009 6 10 /10 /octobre /2009 03:30
J'ai appris !
< Que la vie est comme un rouleau de papier de toilette: plus on approche de la fin, plus ça va vite.
Que nous devons nous réjouir que Dieu ne nous donne pas tout ce que nous lui demandons.
Que l'argent n'achète pas la dignité.
Que ce sont les petites choses qui signifient le plus.
Que sous la carapace de chaque personne se trouve quelqu'un qui a besoin d'être apprécié et aimé.
Que le Seigneur n'a pas tout fait en un seul jour. Comment le pourrais-je?
Que d'ignorer les faits ne change pas les faits.
Que d'en vouloir à quelqu'un lui permet seulement de continuer à te faire mal.
Que c'est l'amour et non le temps qui guérit tout.
Que pour croître, je dois m'entourer de gens plus brillants que moi.
Que chaque personne que je rencontre mérite d'être accueillie par un sourire.
Que rien n'est plus doux que le souffle d'un bébé dans mon cou.
Que personne n'est parfait jusqu'à ce que je tombe en amour avec.
Que la vie est difficile, mais que la force de Dieu en moi est supérieure.
Que les opportunités ne se perdent jamais: quelqu'un saisira celles que je manque.
Que si tu t'abonnes à l'amertume, le bonheur fuira loin de toi.
Que j'aurais aimé dire à mon père que je l'aimais avant qu'il ne disparaisse.
Que mes paroles devraient être douces et tendres, parce que je pourrais avoir à les regretter demain.
Qu'un sourire est une façon économique d'améliorer mon apparence.
Que je ne peux pas choisir comment je me sens, mais que je peux choisir ce que je vais en faire.
Que lorsque qu'un nouveau-né tient ton petit doigt dans son petit poing, tu es accroc pour la vie.
Que tous veulent être au sommet, mais que le bonheur et la croissance personnelle se trouvent dans l'escalade.
Qu'il est préférable de ne donner des conseils que si on nous le demande ou si une vie est en danger.
Que moins j'ai de temps pour travailler, plus je peux accomplir de choses.

Réconciliez vous avec ceux que vous avez abandonnés.


Auteur inconnu
Repost 0
Published by mymy - dans Textes autres
commenter cet article
10 octobre 2009 6 10 /10 /octobre /2009 03:27
Je peux !!!

Si tu te crois battu, tu le seras;
Si tu n'oses pas, tu n'auras rien;
Si tu veux gagner, mais si tu t'en crois incapable,
Il est presque certain que tu ne gagneras pas.

Si tu crois que tu vas perdre, tu es perdu,
Car, dans le monde, on se rend compte que le succès
 dépend de la confiance en soi;
Tout dépend de notre état d'esprit

Les batailles de la vie ne sont pas gagnées
par les plus forts ni les plus rapides,
mais par ceux qui croient en eux...
et pensent toujours: " Je Peux ! "

(auteur inconnu)
Repost 0
10 octobre 2009 6 10 /10 /octobre /2009 03:15

Théodore Stoddard

C'était la première journée d'école pour sa classe de 5e année.

Comme beaucoup d'enseignants, elle dit une demi-vérité à ses élèves.

Elle les regarda et leur dit qu'elle les aimait tous de la même façon. Cependant, cela fut impossible car là, dans la première rangée, tout affaissé, était un petit garçon du nom de Teddy Stoddard.

Mme Thompson avait remarqué Teddy l'année auparavant et voyait qu'il ne jouait pas beaucoup avec les autres enfants, que ses vêtements laissaient à désirer et qu'il avait besoin d'un bon bain.

En plus, Teddy pouvait être déplaisant. C'en était venu à un point où Mme Thompson prenait un malin plaisir à corriger ses travaux avec un marqueur rouge large, à écrire des gros
X à côté de ses fautes et à y inscrire un gros F en rouge comme note finale.

A cette école, elle devait faire l'analyse du dossier de chaque élève.

Elle remettait sans cesse à plus tard l'étude du dossier de Teddy. Mais lorsqu'elle le fit, elle eut toute une surprise.

L'enseignant de première année de Teddy avait écrit:
Teddy est un enfant brillant avec un rire communicatif. Il fait ses travaux avec soin et a des bonnes manières. C'est un plaisir de lui enseigner.

Son enseignant de deuxième avait écrit :
Teddy est un élève remarquable. Les autres étudiants l'aiment tous. Cependant il est troublé car sa mère a une maladie grave et la vie chez lui doit sûrement être une épreuve.

Son enseignante de troisième avait écrit:
La mort de sa mère l'a beaucoup ébranlé. Il essaie de faire de son mieux mais son père ne lui montre pas beaucoup d'intérêt. Sa vie familiale va l'affecter tôt ou tard si des correctifs ne sont pas apportés chez lui.

L'enseignant de quatrième avait écrit :
Teddy est renfermé et ne montre pas beaucoup d'intérêt à l'école. Il n'a pas beaucoup d'amis et parfois il dort en classe.

Mme Thompson comprit le problème et elle eut honte d'elle-même.

Elle se sentit encore pire lorsque ses élèves lui apportèrent des petits cadeaux de Noël enveloppés dans du beau papier tandis que Teddy lui apporta un cadeau enveloppé maladroitement dans du gros papier brun de sac d'épicerie.

Quand elle l'ouvrit, certains enfants se sont mis à rire lorsqu'elle y trouva un bracelet bon marché ayant des morceaux manquants et une bouteille de parfum remplie au quart. Mais elle a fait taire les rires des enfants lorsqu'elle dit qu'elle adorait le bracelet, l'enfila et se mit du parfum au poignet.

Teddy Stoddard est resté ce jour-là après la classe, juste assez longtemps pour dire :
- Mme Thompson, aujourd'hui, vous avez senti pareil comme ma mère le faisait.

Une fois les enfants partis, elle pleura pendant plus d'une heure. A partir de ce jour, elle arrêta d'enseigner à lire, à écrire et à calculer. A la place, elle commença à vraiment enseigner aux enfants. Elle donna une attention particulière à Teddy.

En travaillant plus avec lui, son esprit sembla s'éveiller. Plus elle l'encourageait, plus vite il répondait. A la fin de l'année, Teddy était devenu l'un des enfants les plus brillants de la classe. Malgré son mensonge qu'elle aimerait tous les enfants pareillement, Teddy était devenu son préféré.

Un an plus tard, elle trouva sous sa porte, une note avec une rose de Teddy lui disant qu'elle était la meilleure enseignante qu'il n'avait jamais eue.

Il se passa six ans avant qu'elle ne reçoive une autre note avec une rose de Teddy.

Il lui a alors écrit qu'il avait fini le secondaire, le troisième de sa classe, et qu'elle était toujours la meilleure professeure qu'il n'ait jamais eue.

Quatre ans plus tard, elle reçut une autre lettre avec une rose disant que, même si la vie était parfois dure pour lui, il était resté aux études et qu'il graduerait bientôt du cégep avec les notes les plus hautes et avec distinction.

Il lui assura qu'elle était toujours la meilleure professeure qu'il n'avait jamais eue.

Ensuite quatre autres années ont passé et une autre lettre avec une rose arriva. Cette fois il expliquait qu'il avait reçu son baccalauréat à l'Université de Montréal et qu'il décidait de continuer à étudier.

La lettre expliquait qu'elle était toujours la meilleure professeure et de loin sa préférée. Maintenant son nom était un peu plus long.
Il signa : Théodore Stoddard MD.

L'histoire ne se termine pas ici, car je tenais vraiment à en mettre un peu plus ;-)

Il y eut une autre lettre cet hiver, toujours avec une rose. Teddy écrivit qu'il avait rencontré une fille et qu'ils allaient se marier au printemps. Il expliqua que son père était décédé il y avait de cela quelques années et il demanda si Mme Thompson voudrait bien prendre la place de sa mère lors de la noce.

Bien sûr qu'elle accepta. Et savez-vous quoi ? Elle porta le fameux bracelet et aussi le parfum que sa mère portait le dernier Noël que Teddy avait passé avec elle.

Ils s'enlacèrent et Dr. Stoddard chuchota à l'oreille de Mme Thompson :
- Merci, Mme Thompson, d'avoir cru en moi. Merci énormément de m'avoir fait sentir important en me montrant que je pouvais faire une différence.

Mme Thompson, les larmes aux yeux, chuchota à son tour :
- Teddy, tu te trompes. Tu étais celui qui m'a enseigné que je pouvais faire une différence. Tu vois, je ne savais pas comment enseigner avant de te connaître.

 

Texte trouvé sur http://lamaisondedede.com/reflexion/theodore_stoddard.html

Repost 0
Published by mymy - dans Histoires
commenter cet article
10 octobre 2009 6 10 /10 /octobre /2009 03:11
C'est l' histoire de Gros Beu
Gros Beu, comme son nom l' indique, est un boeuf. Il était très fort et aimait se servir de sa force. Pour son maître, il labourait la terre, arrachait des souches, déplaçait d' énormes pierres etc. Son maître n' était pas bien riche, le travail accompli avec Gros Beu suffisait à peine à faire vivre toute la famille.

Un jour, alors que Gros Beu arrachait une souche, celle-ci céda soudainement. Gros Beu tomba sur une pierre et se brisa la patte. Son maître le soigna du mieux qu'il peut (les vétérinaires n'existaient pas en ce temps-là) mais fut obligé de s'acheter un autre boeuf pour continuer le travail. Lorsque Gros Beu fut sur pied, il se rendit compte que sa patte n'avait pas bien guérie. En effet, il n'avait presque plus de force dans sa patte. Son maître lui fit comprendre qu'il ne pouvait plus le garder, une autre bouche à nourrir l'aurait conduit à la faillite. Bien qu'il savait que Gros Beu lui avait été très utile, il fut obligé de lui demander de partir.

 Gros Beu s'en alla donc la mort dans l' âme. Il tenta de se trouver du travail ailleurs, mais sans succès. Sa patte n'était même pas capable de traîner une simple charrette. Lui qui était si fier de montrer sa force, voila qu' il se senti soudainement inutile. Il sombra dans un profond désespoir. " À quoi me sert de vivre si je ne puis plus aider personne? À quoi me sers de rester sur cette terre si je suis complètement inutile ? Puisque je n'ai plus rien à faire ici-bas, je n'ai plus qu'à mourir ! " se dit Gros Beu. Et Gros Beu se retira donc en dehors de la ville dans une étable abandonnée, bien décidé à se laisser mourir de faim.

Mais cette nuit-là, il se produisit un miracle. En effet, à partir de cette nuit-là, plus jamais Gros Beu ne se laissa aller au désespoir. Plus jamais Gros Beu ne se senti inutile, car par sa simple présence, sans même se servir de sa force, Gros Beu rendit à l'humanité le plus grand service qu'il ne pouvait rendre. En effet, par son simple souffle, Gros Beu réchauffa un petit enfant qui venait de naître.

Aussi, si jamais vous vous sentez inutile, dites vous bien que par votre seule présence, seulement avec l'amour que votre coeur distribue, vous serez toujours utile en étant un exemple pour les autres.


Auteur inconnu
Repost 0
6 octobre 2009 2 06 /10 /octobre /2009 20:10


PENSEZ-Y À 2 fois !
source : http://www.club-positif.com

 

Une vielle légende indienne raconte qu'un brave trouva un jour un oeuf
 d'aigle et le déposa dans le nid d'une « poule de prairie ».

L'aiglon vit le jour au milieu d'une portée de poussins de prairie et grandit avec eux.

Toute sa vie l'aigle fit ce qu'une poule de prairie fait normalement.
Il chercha dans la terre des insectes et de la nourriture.
Il caqueta de la même façon qu'une poule de prairie.

Et lorsqu'il volait, c'était dans un nuage de plumes et sur quelques mètres à peine.
Après tout, c'est ainsi que les poules de prairie sont censées voler.

Les années passèrent. Et l'aigle devint très vieux.

Un jour, il vit un oiseau magnifique planer dans un ciel sans nuage.

S'élevant avec grâce, il profitait des courants ascendants,
faisant à peine bouger ses magnifiques ailes dorées.

"Quel oiseau splendide !" dit notre aigle à ses voisins.

"Qu'est-ce que c'est ?"

"C'est un Aigle, le roi des oiseaux," caqueta sa voisine.

"Mais il ne sert à rien d'y penser à deux fois. Tu ne sera jamais un aigle."

Ainsi l'aigle n'y pensa jamais à deux fois.

Il mourut en pensant qu'il était une poule de prairie.

Vous est-il arrivé de penser que vous étiez une poule de prairie ?

Pensez-y à deux fois...

 

 

Auteur inconnu

Repost 0
Published by mymy - dans Allégories
commenter cet article
6 octobre 2009 2 06 /10 /octobre /2009 20:09



LE BOL DE BOIS
   
auteur : Giovanni Pascoli

 

Un vieil homme affaibli alla vivre chez son fils, sa bru, et son petit fils de quatre ans.
Les mains du vieil homme tremblaient, sa vision était embrouillée et son pas chancelant.
 
Ils mangeaient tous ensemble à la même table.
Mais, pour le vieux grand-père, manger était difficile à cause de ses mains tremblantes
et de de sa vue brouillée. Les pois glissaient de sa cuillère et roulaient sur le plancher.
Quand il attrapait son verre de lait, il en renversait sur la nappe. 
 
Le fils et la bru devinrent de plus en plus impatients face à ces dégâts.
"Nous devons faire quelque chose avec grand-père," dit le fils.
"J'en ai assez du lait renversé, du bruit en mangeant et de la nourriture sur le plancher."
 
Alors le mari avec sa femme placèrent une petite table dans un coin.
Là, le grand-père mangeait seul alors que le reste de la famille dînait ensemble.
Comme le grand-père avait brisé une ou deux pièces de vaisselle,
sa nourriture lui était servie dans un bol de bois.
 
Quand un membre de la famille jetait un coup d'oeil dans la direction du
 grand-père assis seul dans son coin, il avait quelques fois des larmes au coin des yeux.
Malgré cela, les seules paroles que le couple lui adressait étaient de durs reproches.
 
L'enfant de quatre ans observait tout cela en silence. 
Un soir, avant le souper, le père remarqua que son fils, assis sur le plancher, jouait 
avec des morceaux de bois. Il lui demanda gentiment:
"Qu'est-ce que tu fabriques?"
Tout aussi gentiment, l'enfant répondit:
"Oh, je fais un petit bol pour toi et maman pour que vous y mangiez votre nourriture
quand je serai grand." L'enfant de quatre ans sourit et se remit à l'ouvrage.
 
Ces paroles laissèrent les parents sans voix.
Des larmes se mirent à couler sur leurs joues.
Même si aucune parole ne fut prononcée, tous deux surent ce qu'il fallait faire.
Le soir même le mari pris la main du grand-père et gentiment le conduisit à la table familial.
Pour le reste de ses jours, il mangea tous ses repas avec la famille. 
Et pour une raison ou une autre, ni le mari et ni sa femme
ne semblaient préoccupés par une fourchette échappée,
du lait renversé, ou une nappe salie.

 

Repost 0
Published by mymy - dans Histoires
commenter cet article
6 octobre 2009 2 06 /10 /octobre /2009 19:57

L
a parabole du crayon
source :  traduit de l'italien - Disciples du Divin Maître

Au commencement, le fabricant de crayons parla au crayon et dit :

-Il y a 5 choses que tu dois savoir avant que je ne t'envoie dans le monde.  Souviens-toi en toujours et tu deviendras le meilleur crayon qui puisse exister.

1. Tu pourras faire de grandes choses, mais à la condition de te laisser guider par la main.

2. De temps en temps, tu devras supporter un douloureux aiguisage, mais il est nécessaire si tu veux devenir un meilleur crayon.

3. Tu auras l'habilité de corriger toutes les erreurs que tu peux faire.

4. La partie la plus importante de toi sera toujours en ton intérieur.

5. Indépendamment des conditions, tu devras continuer à écrire, en laissant toujours un signe clair et lisible, même si la situation est difficile.

Le crayon écouta, promit de se souvenir et entra dans la boîte en comprenant pleinement les motivations de son fabricant.

Maintenant...

Mets-toi à la place du crayon. N'oublie jamais les 5 règles et tu deviendras toi aussi une meilleure personne.

1. Tu pourras faire de grandes choses, mais seulement à la condition de permettre à Dieu de te tenir par la main.

2. De temps en temps, tu subiras un douloureux aiguisage en traversant divers problèmes, mais ça te servira à devenir une personne plus forte. Tu permettras aussi à d'autres personnes d'accéder aux nombreux dons que tu possèdes.

3. Tu seras en mesure de corriger ou de vaincre les erreurs que tu peux faire.

4. La partie la plus importante de toi sera toujours ton intérieur.

5. Quels que soient les endroits où tu marches, tu devras laisser ton signe.  Peu importe la situation, tu devras continuer à servir Dieu.

Nous ressemblons tous à un crayon...  

Nous sommes créés pour un but spécial et unique.

Tu as été fait pour accomplir de grandes choses !
Repost 0
Published by mymy - dans Allégories
commenter cet article
6 octobre 2009 2 06 /10 /octobre /2009 19:57

4961807054_df47f1ff58.jpg

As-tu déjà observé l'attitude des oiseaux face à l'adversité?

Pendant des jours et des jours, ils font leur nid, recueillant

des matériaux parfois ramené de très loin.

Lorsqu'ils ont terminé et sont prêts à déposer les oeufs, les

intempéries ou l'oeuvre de l'être humain ou d'un


quelconque animal détruit et envoie au sol ce qu'ils ont réalisé

avec tant d'effort.

Que fait l'oiseau ? Il paralyse et abandonne la tâche ?

En aucune façon… Il recommence encore et encore jusqu'à ce

que les premiers oeufs apparaissent dans le nid.

Parfois, très souvent, avant que naissent les oisillons, un

animal, un enfant ou une tempête détruit une fois de plus le

nid mais cette fois avec son précieux contenu.

Cela fait mal de recommencer depuis zéro, même ainsi,

l'oiseau ne se tait jamais, ni ne recule, il continue de chanter

et de construire, construisant et chantant.

As-tu parfois le sentiment que ta vie, ton travail, ta famille ne

sont pas ce que tu avais rêvé ?


As-tu parfois envie de dire “assez”, l'effort n'en vaut pas la

peine. C'est trop pour moi !


Es-tu fatigué de recommencer, du gaspillage de la lutte

quotidienne, de la confiance trahie, des buts atteints quand tu

étais sur le point d'y arriver ?

La vie frappe ainsi parfois, mais ne te rends jamais. Dis une

prière, mets ton espoir en avant et fonce. Ne te

préoccupe pas si dans la bataille, tu reçois une blessure, il faut

s'y attendre. Réunis les morceaux de ton

espérance, reconstruis-la et fonce de nouveau.

Peu importe ce qui se passe, ne faiblis pas, va de l'avant.

La vie est un défi constant mais cela vaut la peine de

l'accepter et surtout n'arrête jamais de chanter.

Auteur inconnu

 

Repost 0
Published by mymy - dans Allégories
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog d'une jeune catholique
  • Le blog d'une jeune catholique
  • : Ce blog contient de beaux textes qui véhiculent de bonnes valeurs trouvés sur Internet, des vidéos, de la musique chrétienne et également des textes de moi-même dont des critiques de livres, de films, des articles sur des sujets qui touchent la vie d'une jeune catholique.
  • Contact

Recherche

 

 

 

 

 

l'amour